Retour sur le projet Bibliothèques Rurales au Maroc

Typographie

Le projet Bibliothèques rurales au Maroc provient d’un premier constat : le taux d’analphabétisme au Maroc atteint presque les 60%, et frappe aussi bien les jeunes enfants que les adultes tout en étant tout particulièrement présent chez les jeunes filles et femmes, et au sein des populations rurales qui n’ont qu’un pauvre accès aux écoles, et qui ne possèdent que rarement des infrastructures culturelles (bibliothèques, maisons de jeunes …).
C’est face à cette situation qu’une cinquantaine d’associations marocaines et issues des migrations ont décidé, en 2000, de lancer un projet de création de bibliothèques rurales, afin de lutter contre l’analphabétisme, tout en créant du lien grâce à la culture et aux savoirs.

Quels sont les principaux enjeux de ce projet ?

La chartre sur laquelle s’appuie ce projet souligne que la « conception du développement culturel entant que mouvement de la société civile est basée sur une vision globale pour une société juste et équitable. Il ne peut y avoir de développement sans démocratie respectueuse des droits humains. L’un de ces premiers droits est celui du droit à l’éducation, et de l’accès au savoir. »

Comment s’est déroulé le projet ?

En partenariat avec les associations des villages sélectionnés, IDD et ses associations membres ont mis en œuvre ce projet en trois étapes :
- La construction des espaces culturels (en partenariat avec Architecture et Développement Maroc, et en concertation avec les associations locales)
- L’équipement des espaces
- L’animation des bibliothèques (festivals culturels, théâtre avec les jeunes, cours d’alphabétisation)

La dynamique du projet a également permis la création de bulletins d’information de chaque association, pour faire connaitre leurs activités au niveau local, régional et même national, ainsi que la mise en place de coordination associatives locales et régionales, comme dans la région de Guelmim-Tata.

De nombreux habitants ont pu être formés à la méthodologie de projet, aux techniques d’animation culturelle et aux moyens de pérennisation de projets. En septembre 2005, une colonie de vacances en bord de mer a été organisée pour les enfants ayant eu accès à ces espaces culturels.